Gaspillage alimentaire

Gaspillage alimentaire

Notre politique

Sur l’ensemble de la chaîne alimentaire mondiale, nous gaspillons chaque année près d’un tiers des denrées produites.

Ce gaspillage alimentaire se produit, pour la majeure partie, au début (au niveau de l’agriculture et la production) et à la fin de la chaîne alimentaire (au niveau du consommateur). Même si 4 à 6 % à peine du gaspillage alimentaire se produisent dans la distribution (dont les supermarchés), Lidl veut assumer ses responsabilités à cet égard. Nous nous fixons dès lors des objectifs de réduction ambitieux. Par ailleurs, nous tentons également de revaloriser les excédents alimentaires.

Nos objectifs

D’ici 2025, nous voulons même réduire de 50 % les déchets alimentaires.

Bon Appétit, Zéro Gaspi

Bon Appétit, Zéro Gaspi

Chez nous, rien ne se perd ! Notre plan de bataille contre le gaspillage alimentaire ? Facile : Tout commence par une logistique toujours plus efficace et par une optimisation des processus de commande. Pour les produits invendus dans nos magasins, nous avons lancé en 2020 le concept ‘Bon appétit, zéro gaspi’. Nous offrons à un prix dérisoire les produits difficiles à vendre en raison de leur date d’expiration le jour même ou à cause d’un emballage endommagé :

  • viande, poisson et pâtisserie à 0,50 € ;
  • produits laitiers, légumes emballés et pain pré-emballé à €0,20 ;
  • fruits et légumes et aliments secs en cartons d’environ 3 kg à 1 €.

Lidl reversera le produit net de la vente aux Banques alimentaires. Ce système remporte manifestement un vif succès, puisque presque tous les produits proposés sont vendus.

Il est vrai que l’approche présente de nombreux avantages :

  • les personnes moins favorisées peuvent acheter des produits à prix cassés dans les magasins ;
  • nous pouvons proposer de nouveaux produits chaque jour ;
  • nous pouvons également proposer des produits qui peuvent être congelés et donc conservés plus longtemps – comme la viande – ou qui doivent être conservés au frais ;
  • avec le produit de ces ventes, les Banques alimentaires peuvent acheter des produits en parfait état et donc assortis d’une période de conservation plus longue.

En 2021, Lidl a fait un don de 302,607 euros aux banques alimentaires. Bon appétit, zéro gaspi nous a permis d’éviter un gaspillage alimentaire de près de 2,000 tonnes.

Prévention du gaspillage alimentaire

Processus de commande intelligents 

Pour le discounter que nous sommes, rentabilité et simplicité font partie de nos compétences clés. Il en va de même pour les procédures de commande dans nos magasins. Ainsi, nous visons la meilleure adéquation possible entre l’offre et la demande. Nos systèmes peuvent même conseiller au responsable du magasin la quantité à commander pour chaque article.
Par ailleurs, les commandes passées par les magasins sont revérifiées dans les centres de distribution. La température des produits est garantie en permanence, et ce, depuis leur réception à leur achat par le client, afin d’éviter autant que possible qu’ils deviennent impropres à la consommation.

Coin à -30 %

Nous proposons une réduction de 30 % tout spécialement sur les produits dont la date de péremption approche mais qui sont encore d’excellente qualité. Tous ces produits portent un autocollant « -30 % » orange et sont proposés dans le « Coin à -30 % ».
Notre objectif est d’inciter le client à acheter ces produits également. Résultat ? Tout le monde y gagne ! Car nous gaspillons moins de nourriture et le client fait des économies.
 

Offrir les excédents alimentaires

Offrir les excédents alimentaires

Dons des centres de distribution

Malgré tous nos efforts pour limiter le gaspillage, les excédents alimentaires sont inévitables. C’est pourquoi Lidl collabore depuis plusieurs années avec la Fédération belge des banques alimentaires. Les Banques alimentaires viennent régulièrement récupérer des denrées alimentaires dans nos centres de distribution pour en faire don aux personnes qui vivent sous le seuil de pauvreté.
Il s’agit d’aliments qui sont toujours propres à la consommation et qui sont conformes aux prescriptions en matière de sécurité alimentaire, mais qui ne peuvent pas (ou plus) être vendus. Nous pensons par exemple aux emballages déchirés ou aux produits dont la date de péremption approche.

Transformation des déchets organiques en biogaz

Les aliments qui ne peuvent plus être consommés ou qui, pour des raisons légales, ne peuvent plus être donnés aux Banques alimentaires, ne sont pas jetés à la poubelle mais rangés dans une boîte à part pour déchets organiques. Ces déchets organiques sont ensuite intégralement transformés en biogaz. En 2018, ils ont ainsi permis de produire une énergie suffisante pour satisfaire les besoins énergétiques d’environ 1 100 ménages.

Actions de fin d’année

Actions de fin d’année

Depuis 2012, nous organisons annuellement une action de fin d’année nationale dont les recettes sont intégralement offertes aux Banques alimentaires. Les années précédentes, chacune de nos actions a remporté un franc succès.

Ainsi, en 2015, nous avons lancé une action de grande envergure baptisée « La soupe d’aujourd’hui aux légumes d’hier » avec le concours de Music for Life. La soupe, vendue sur plusieurs marchés de Noël, a été préparée avec des légumes qui ne pouvaient plus être vendus dans nos magasins mais qui étaient encore parfaitement comestibles.
Nous avons remis le couvert l’année suivante en organisant cette fois-ci un « caddie quiz » au profit des Banques alimentaires. Ces actions de fin d’année ont chacune permis de récolter 30 000 à 50 000 euros. Tant au siège social que dans les régions et succursales, les employés pouvaient porter un podomètre et, en fonction du nombre de pas, un montant était versé aux banques alimentaires. Cela est finalement devenu un chèque de 30 000 euros.